Icons/Social/GoogleCreated with Sketch.
adidas
adidas / mai 2020

Le mental, c'est la clé : le point de vue de McKenzie Coan

McKenzie Coan, triple médaillée d'or des Jeux paralympiques, nous raconte sa vie avec une affection débilitante et comment cela l'a aidée à se forger un mental d'acier pour combattre l'adversité.

La nageuse McKenzie Coan a remporté trois médailles d'or paralympiques et quatre médailles d'or aux Championnats du monde. Elle est également atteinte d'ostéogenèse imparfaite (maladie des os de verre), une maladie qui se caractérise par une fragilité osseuse. Diagnostiquée à 19 jours, on a dit à ses parents qu'elle ne pourrait jamais s'asseoir, marcher ou parler.

Malgré cela, elle a commencé la natation à l'âge de quatre ans. Elle a participé aux Jeux paralympiques de Rio en 2016 et s'apprêtait à défendre ses titres à Tokyo avant le report des Jeux.

En tant qu'athlètes paralympiques, c'est comme si on nous avait arraché une partie de nous…
brand-ss20-hometeam-mindfulness-mckenziecoan-blog-image-portrait-1

À mon réveil, j'ai trouvé un message de mon entraîneur qui me confirmait le report des Jeux. Même si je savais que c'était la bonne décision, ça m'a fichu un coup. J'ai pris le temps de respirer et de digérer la nouvelle avant de me remettre en mode « recadrage et préparation ». Je me souviens m'être assise et demandée ceci : « Toutes ces épreuves que j'ai connues dans ma vie. Comment est-ce que je vais appréhender ce nouveau défi ? ».

Quand je fais face à une difficulté, je me rappelle tout ce que j'ai traversé et les défis que j'ai dû relever. Je pense que j'ai dû me briser plus de 100 os, alors fais comme moi et je te promets que tu ressortiras toujours grandi(e) d'une épreuve.



Même si c'est pénible, pour le moment, c'est mieux ainsi. Nous surmonterons cela et quand nous nous retrouverons, faire du sport aura encore plus de sens aux yeux du monde entier.


Le moment déterminant de ma vie est né d'une période d'extrême souffrance…

Ma façon d'appréhender l'adversité vient des expériences que j'ai vécues au moment d'une opération en 2008. J'ai été hospitalisée un nombre incalculable de fois, mais cette fois-là, c'était particulièrement dur. Il y a eu énormément de complications et la convalescence a vraiment été difficile. Je ne devais passer qu'une nuit à l'hôpital et j'y ai finalement passé la semaine la plus terrifiante de ma vie.

Par moments, mon état était critique. J'éprouvais une douleur insupportable et le traitement qu'on me donnait n'y faisait rien. Je me souviens des alarmes qui se déclenchaient et des machines auxquelles j'étais branchée. Je n'étais consciente que par intermittence, mais je me souviens parfaitement d'un rêve en rapport avec la natation. Je me souviens m'être dit : « Ce n'est pas fini pour moi. J'ai encore tant de choses à réaliser, je ne veux pas partir. »

À ce moment précis, je me rappelle avoir refusé l'échec. J'avais décidé de me battre. Progressivement, j'ai commencé à aller mieux et à voir la lumière au bout du tunnel.

Depuis ce jour, à chaque fois que je me suis brisé un os, que j'ai été opérée ou que j'ai été malade pendant un traitement, je me suis souvenue de ce que j'avais enduré. Je m'efforce d'aller de l'avant et me dis que le jour d'après sera meilleur. J'ai appris à avancer même dans ces situations.

Les gens pensent que pour réussir dans le sport, il faut de gros muscles et une grande force physique…
brand-ss20-hometeam-mindfulness-mckenziecoan-blog-image-portrait-2

…mais je suis convaincue que nous pouvons tous développer une force mentale incroyable grâce au sport. Tous les athlètes ont connu des blessures et des revers, et je pense qu'on peut appliquer les leçons tirées de ces moments difficiles à toute situation, particulièrement celle que nous vivons actuellement. On développe une certaine persévérance dans l'adversité.

Il y a des moments où on ne verra que des obstacles. On connaîtra de la souffrance, mais on a en nous ce qu'il faut pour surmonter ça. Il faut croire en soi et faire preuve d'empathie envers soi-même. Je choisis d'être forte mentalement. Je ne remercierai jamais assez la natation de m'avoir permis de développer ce mental d'acier.

Les choses s'arrangeront…

…il faut espérer et croire qu'on arrivera à surmonter ça. Je ne dis pas que ce sera facile, et on a tous des jours sans. Nous sommes des êtres sociaux et c'est dur d'avoir l'impression de n'avoir personne pour nous soutenir. Pourtant, même si nous sommes séparés physiquement, nous sommes encore plus proches que nous ne l'avons jamais été.

J'ai la conviction que l'année prochaine, à Tokyo, sera l'occasion de nous rassembler et de célébrer ensemble. C'est une fête gigantesque qui suivra cette période difficile, et c'est ce qui me fait avancer chaque jour.

adidas / mai 2020
Tags